Evelyn Labrie: du Québec à Versailles

 Je me souviens de la première fois où j’ai vu monter Evelyne Labrie.  J’étais pensionnaire dans une petite écurie de la région de Lanaudière et j’avais noté qu’un entraîneur classique avait bien du souci avec une jument, bien qu’il soit un cavalier confirmé.  Ses séances d’entraînement me semblaient ardues et remplies de conflits.  Un jour, Evelyn, qui connaissait la propriétaire de la jument est venue la monter.  C’était de toute beauté!  Sa recherche, comme elle le dit si bien dans son site internet, d’une équitation juste, élégante et harmonieuse était évidente. En quelques minutes, elle avait réussi à établir une superbe connexion avec sa monture. Tout semblait facile et les mouvements étaient gracieux.

Elle a poursuivi son cheminement jusqu’en France à l’Académie du spectacle équestre de Versailles pour y recevoir une formation unique couvrant plusieurs disciplines auprès de grands maîtres.Evelyn Labrie